Mode

Olivier Reman

Professeur d’atelier et de textile, styliste plasticien

 

Quelle est ton expérience ?

Je suis diplômé de l’ESA Saint-Luc Tournai. J’ai par la suite travaillé chez Stella Cadente, une marque de Prêt-à-Porter grâce à laquelle j’ai pu découvrir toutes les facettes qui rythment la vie quotidienne d’une petite maison parisienne. De l’élaboration des collections jusqu’au défilé, en passant par la communication avec le service presse. Une expérience riche car plus la structure est modeste, plus elle nous permet de toucher à tout. A mon retour en Belgique, j’ai travaillé comme styliste Freelance et commencé à développer mes propres collections. Celles-ci m’ont permis d’être le lauréat de concours tels que les Coral Fashion Awards et du Prix des Arts Plastiques du Hainaut en 2005. Aujourd’hui, en parallèle à mon travail de professeur, je m’épanouis dans mon travail personnel où je mélange le stylisme et le textile. En 2016, J’ai remporté le Prix artistique International de la ville de Tournai et exposé, entre autre, au Musée du Costume et de la Dentelle de Bruxelles.

Comment en es-tu arrivé à travailler à Saint-Luc Tournai ?

Par Hasard ! On ne quitte jamais vraiment Saint-Luc et lorsque l’opportunité d’occuper un poste dans l’option Mode s’est présentée, je n’ai pas hésité.

Qu’aimes-tu le plus dans ton job ?

J’aime voir l’évolution des étudiants d’années en années. Au fil des cours, des apprentissages, ils s’épanouissent, s’émancipent pour devenir de vraies personnalités créatives autonomes. C’est très gratifiant, même si leur route est encore longue, d’avoir été à la source du développement de leur créativité.

Que préfères-tu à Saint-Luc ?

Saint-Luc est une grande école où se côtoient de nombreuses autres disciplines artistiques. Cela crée une atmosphère de création propice aux échanges et cela dans un cadre plus que surprenant.

Qui ou quelle est ta plus grande source d’inspiration ?

La peinture flamande a toujours constitué pour moi, une source d’inspiration intarissable qui reste omniprésente dans mes recherches liées au textile et à la mode. A travers la perfection d’un paysage de Van Eyck ou la précision du manteau d’une Vierge de Van der Weyden, c’est la fascination d’un idéal esthétique et la sacralisation d’un univers poétique et mystérieux qui servent de fils conducteurs dans mon travail.

Quels conseils donnerais-tu aux nouveaux étudiants ?

Je leur conseillerais d’être curieux, inventifs. Un créateur quel qu’il soit, se doit d’avoir l’esprit ouvert, sans cesse en « alerte ». Ensuite, je leur dirais d’être investis et persévérants, et surtout de ne pas se satisfaire de leur première idée.A Saint-Luc, La mode est un moyen d’expression et le vêtement, reflet de notre société, sera souvent remis en question.