Mode

Sophie Regali

Professeure d’atelier

 

Je dois beaucoup au magazine « 100 idées », aux mères couturières,  tricoteuses, crocheteuses, aux punks et aux marchés aux puces, tous générateurs d’une économie autonome et libre. Mais, mon réel déclencheur a été la découverte de la danse contemporaine à travers les créations des danseurs/chorégraphes issus de l’école Mudra (fondée par M. Béjart) et de la photographie. J’ai oscillé entre le stylisme photo et le costume.

Aujourd’hui, je m’intéresse à toute forme d’expression mettant en  regard la technologie, la nature et la société dans un mode de production  artisanal et collectif.

Dans le pavillon mode, petite entité du labyrinthe néogothique, c’est  la rencontre, parfois le choc, avec les différentes individualités qui  m’intéresse. Et surtout, la manière dont chaque étudiant, par l’acuité  de son point de vue et son expression, se débrouille.

Avec eux, je suis une sorte d’entraîneur qui retrousse ses manches et en attend autant en retour.