Graphisme

programmes des cours :

 

Mikael Broidioi

Professeur d’atelier et d’infographie, webdesigner, chef de projet et photographe

Raconte-nous des choses à propos de toi

Je m’appelle Mikael Broidioi, j’ai 36 ans et j’ai eu mon Graduat d’Arts Plastiques option graphisme à Saint-Luc en 2003.

Quelle est ton expérience ?
Peu de temps après avoir quitté Saint-Luc, j’ai rapidement intégré un petite agence web sur Roubaix où j’occupe le poste de webdesigner. Cela fait 13 ans que je m’épanouis au sein de cette entreprise où j’ai également la responsabilité de chef de projet depuis quelques années.
La relation client et l’optimisation d’un emploi du temps en vue de mener au mieux un projet et d’en assurer la rentabilité sont des aspects moins artistiques de notre métier mais primordiaux lorsqu’il s’agit du monde du travail.

En parallèle de cette activité professionnelle, j’ai découvert la photo et le lien très étroit qu’il y a avec le graphisme. La finalité est la même, créer une image. Seul le processus change.
J’ai donc appris la photographie durant mes voyages (je suis un grand amateur des road trips, comprenez « voyages itinérants » où le parcours est tout aussi important que la destination). Je pratique donc la photographie de voyage à travers mon regard de graphiste.
Cette passion semble intarissable, l’envie de voyage étant toujours de plus en plus forte, tout comme l’amour pour la photo.

Comment en es-tu venu à travailler à Saint-Luc ?
Cela s’est fait totalement par hasard pour être honnête… Un ancien professeur, Jacques DE BACKER, avec qui j’ai toujours gardé contact et dont j’admire le travail m’a contacté pour me faire part de son départ en pension. Il m’a demandé si j’étais intéressé par l’idée de postuler pour reprendre son poste.
Il suivait mon évolution dans le monde de la photographie à travers les réseaux sociaux où j’essaie d’être présent pour promouvoir mon travail.
Ne voulant pas quitter mon travail de webdesigner et chef de projet, j’ai accepté mais partiellement. C’est pourquoi je partage une partie de ses heures avec ma binôme Lou VERSCHUEREN.

Qu’aimes-tu le plus dans ton travail ?
L’échange avec les étudiants. C’est une grande première pour moi de faire un métier véritablement axé sur l’humain. Car oui, je pense qu’avant l’Art et l’enseignement, c’est surtout l’humain qui prime lorsque l’on est professeur. Le fait de transmettre son savoir mais également de discuter, d’analyser, d’argumenter tout ensemble, c’est très enrichissant pour eux mais également pour moi. Quelque part, j’ai accepté ce poste pour apprendre, moi aussi.
De plus, même si je ne suis pas très vieux (36 ans, ça va encore… 🙂 ), je constate que la génération actuelle est très différente de ma génération. La technologie et les réseaux sociaux ont considérablement modifié les comportements. Et l’on doit faire avec. S’adapter pour trouver une manière d’enseigner qui soit captivante et en adéquation avec le monde d’aujourd’hui. J’utilise très souvent Facebook et les mails pour communiquer avec les étudiants mais également pour des compléments d’informations, une sorte de prolongements de mes cours (qui passent trop vite à mon goût…).
Je les incite aussi à suivre des artistes sur Instagram (ils sortent facilement leur smartphone en cours quand on leur fait ce genre de proposition…).

Quel est l’objectif de ton cours ?
J’enseigne la photographie mais pas seulement. J’insiste fortement sur la dimension graphique que doivent avoir les projets réalisés durant mon cours. Nous ne sommes pas en section photo. Je souhaite que l’étudiant aille beaucoup plus loin que le simple fait d’appuyer sur un bouton.
Il existe une multitude de procédés pour obtenir une photo graphique et cela peut passer par la mise en scène, la retouche, l’éclairage, le collage, la création de décor…
La photographie ainsi obtenu fait appel à des techniques mixtes et c’est ce qui rend le travail encore plus intéressant car il y a une notion d’expérimentation.
L’apprentissage de la photographie permet ainsi à l’étudiant de se constituer une « matière première » originale et personnelle voir même de finaliser un projet (j’ai comme exemple le Workshop de Yannick CARLIER réalisé en octobre 2017 : les étudiants devaient réaliser des affiches à partir d’installation en 3D qu’ils shootaient à la fin pour obtenir une base à retravailler sur ordinateur).
Je propose également une formation très complète de Photoshop pour leur permettre d’avoir tous les outils nécessaires à leurs créations. La technique ne doit pas être un frein, bien au contraire. Je souhaite qu’ils s’approprient les différents outils et qu’ils apprennent à les manier comme ils manient leurs pinceaux par exemple. La connaissance de Photoshop doit leur permettre de trouver de nouvelles idées.

Que préfères-tu à Saint-Luc ?
C’est un lieu que je connais bien pour y avoir fait mes études. Il y a donc une certaine nostalgie. En tant qu’ex-étudiant, ce que je préfère, c’est de pouvoir renouer contact avec les personnes qui m’ont permis d’obtenir mon diplôme. Et cela ne s’arrête pas aux professeurs, j’ai également beaucoup de plaisir à revoir les membres du secrétariat qui font un formidable travail (c’est aussi et surtout grâce à eux que l’école « tourne »).
En tant que professeur, cela rejoint la question précédente : l’échange avec les étudiants, tout simplement.

Qui ou quelle est ta plus grande source d’inspiration ?
Vaste question… Je dirais que l’inspiration est partout ! D’ailleurs, j’en parle souvent aux étudiants : il ne faut pas se cantonner à sa discipline pour trouver l’inspiration.

Pour ma part, je m’intéresse à beaucoup de choses. Je suis un grand amateur de musique (la culture rock, indie, metal…) et j’ai moi-même pratiqué la musique (seul et dans différents groupes). J’aime aussi beaucoup l’architecture, l’aménagement d’intérieur, le design, la décoration… Étant assez manuel, je rénove depuis une dizaine d’année ma maison. J’y ai totalement repensé l’espace, toujours en me basant sur les « règles » du graphisme car pour moi, tout est lié. Et en parallèle, j’aime beaucoup l’univers de la brocante. Je rénove des objets anciens et réalise du mobilier industriel. Je pourrais encore développer en vous parlant de cinéma mais je vais m’arrêter là 🙂

Je trouve principalement l’inspiration sur le web car j’y suis toute la journée (c’est peut être trop d’ailleurs mais mon métier m’y oblige…).
Avec les réseaux sociaux (Facebook et Instagram pour ne citer qu’eux), je suis en veille permanente concernant le monde artistique. Il est très important de savoir ce qui se fait, les nouvelles tendances, les artistes du moment… On se cultive inconsciemment en quelque sorte si l’on sait utiliser les réseaux sociaux à bon escient. De nos jours, il existe aussi une multitude de blogs d’actualités artistiques pour découvrir de nouveaux artistes, de nouvelles manières de créer, de nouvelles tendances : Fubiz, Weandthecolor, Hypebeast, Le Journal du Design, Thisiscolossal, Ignant, Etapes… Et il ne s’agit que d’une liste non exhaustive !

Quels sont les conseils que tu donnerais aux nouveaux étudiants ?
Ayez le sentiment d’avoir été au bout des choses. Apprenez à optimiser votre temps avec intelligence. Soyez curieux de ce qui se fait dans l’Art, quelque soit la discipline. Utilisez les nouvelles technologies et les nouveaux moyens de communication que vous maîtrisez mieux que nous (anciennes générations…) pour enrichir votre culture artistique. Prenez du plaisir dans la création : si il n’y a pas de plaisir, vous faites certainement fausse route…

Autres informations à ton sujet ?
Je vous invite à découvrir mon travail personnel, la photographie de voyage, sur mon site http://www.infravez.com
Et à me suivre sur les réseaux sociaux :
https://www.facebook.com/iNFravez-901437909881267/
https://www.instagram.com/infravez/